Compte rendu d’un documentaire

Par défaut

La crucifixion : le scandale sacré

Le crucifiement est un supplice particulièrement douloureux et humiliant que les Romains infligent aux pires criminels. Ce genre de torture, empruntés aux Perses et aux Phéniciens correspondait, ches les romains, à la peine infligée aux esclaves désobeissants par leur maîtres ou aux condamnés à mort n’ayant pas la citoyenneté romaine.

Le Christ, condamné à mort, subira ce châtiment, qui prend alors le nom de crucifixion. L’horreur communément associée à cette forme de mise à mort explique deux choses : le rejet de la religion chrétienne par les autres populations, ainsi que l’absence totale de détails pratiques concernant crucifixion dans les textes religieux.

graffiti d'Alaxamenos - colline du Palatin - IIème siècle

graffiti d’Alaxamenos – colline du Palatin – IIème siècle

Le graffiti d’Alexamenos, daté du IIème sièce aprés J.-C. représente Jésus sur la croix mais sa tête est celle d’un âne, tandis qu’un autre homme, Alexamenos, prie à sa gauche. La légende, moqueuse, signifie « Alexamenos rend un culte à son Dieu ». En effet, il paraissait impossible à cette époque d’adorer un dieu qui aurait subi l’humiliation du supplice du crucifiement. C’est pour cette raison que les premières réelles représentations de la crucifixion datent environ du IVème siècle, notamment avec la porte de la basilique Sainte Sabine de Rome.

Représentation de la crucifixion - portail de la basilique Sainte Sabine de Rome - Vème siècle

Représentation de la crucifixion – portail de la basilique Sainte Sabine de Rome – Vème siècle

Par la suite, l’art religieux s’empare de cette scène, et en établit des codes assez préci selon les époques : les premiers Christ sur la croix étaient triomphants, ne semblent pas souffrir, les suivants ressentent la douleur, mais l’acceptent, tandis que les derniers sont davantage humains, et montrent leurs souffrances. À partir du Xième siècle, les artistes quittent ce genre de codes, et les codes de la représentation de la crucifixion suit les courants artistiques.

Vers la fin du XIXème siècle apparaissent les premières représentations blasphématoires de la crucifixion : le Christ n’est plus seulement un symbole religieux, mais aussi un objet que l’on peut réinterpréter. Après les deux guerres mondiales du XXème siècle, le Christ devient souvent la représentation de toutes les victimes, notamment celles de la Shoa.

Néanmoins, l’image de la crucifixion, censée susciter de la compassion envers les souffrances endurées par le Christ au nom de tout les humains, et aujourd’hui banalisée, et devient un objet de

Pietà - Paul Fryer - 2007

Pietà – Paul Fryer – 2007

commerce et de mode. Paul Fryer, un artiste contemporain, cherche à rappeler cette douleur en utilisant des façons de tuer actuelles telle que la chaise électrique. Il montre le corps torturé du Christ, et tire son inspiration du retable d’Issenheim, peint par Matthias Grünewald au XVIème siècle.

Documentaire regardé sur Arte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s