Les trois types de Christ

Par défaut

Les Christus triumphans

crucifix de l'école ombrienne - anonyme - vers 1100

crucifix de l’école ombrienne – anonyme – vers 1100

Les Christus triumphans, ou Christ triomphant, sont les premiers type de représentation du Christ sur la croix. Ils apparaissent au 5ème siècle après J.-C.et témoignent de l’évolution de la considération du supplice du Christ. En effet, adorer une personne ayant été crucifiée paraissait dégradant pour la population de l’époque, tant ce supplice était porteur d’une connotation négative et indécente. Les chrétiens étaient souvent rejetés par le reste de la population et leur religion stigmatisées.

Les seuls personnes méritant la crucifixion étaient les pires criminels et les esclaves réprimandés par leurs maîtres, c’est pourquoi les christus triumphans montrent le Christ uniquement en tant que fils de Dieu, et non pas en tant qu’humain pour le différencier des autres crucifiés.

Le Christ n’est pas encore mort lorsqu’on le représente, et reste très digne durant la torture qui lui est infligée. Le regard du Christ est levé vers le ciel, comme pour interroger Dieu sur les raisons de son supplice, mais il ne semble pas souffrir. Son visage n’exprime pas la douleur, mais au contraire une indifférence marquée envers les souffrances physiques que ses plaies sanguinolentes montrent. Son corps est droit et ses yeux toujours ouverts.

Les Christus patiens

Au 10ème siècle apparaît une nouvelle façon de représenter le Christ sur la croix. Il est davantage

crucifixion - maestro bizantino del crocifisso di Pisa

crucifixion – maestro bizantino del crocifisso di Pisa

humanisé et représenté très proche de l’instant de sa mort. Son visage est résigné mais marqué par la douleur que suscite ses plaies. Il est émacié, ses yeux sont fermé et son corps affaissé. Les plaies sont saignantes, et montrent bien combien le supplice qu’il endure était douloureux.

Ce type de Christ est davantage empathique, et doit parler aux chrétiens : il véhicule un message beaucoup plus humain, et montre le Christ bien plus proche des croyants et non plus divinisé comme c’était le cas auparavant.

Les Christus dolens

crucifix - mestro di san francesco

crucifix – mestro di san francesco

Les Christus dolens sont les derniers types de représentation du Christ clairement définis. À partir de la Renaissance, il devient en effet possible de représenter le Christ mort. Le but est d’humaniser au maximum la figure du Christ, et de le rendre aussi proche que possible des croyants, afin qu’ils puissent s’identifier à leur Sauveur.

Le corps du Christ, privé de toute vie, est donc abandonné sur la croix, sans aucune tenue. La tête repose sur l’épaule, les yeux sont généralement fermés ou énucléés, la bouche figée dans un dernier cri de douleur. Les blessures que porte le Christ aux mains, aux pieds et au flanc saignent encore. La crucifixion représente le moment où il quitte son corps pour devenir un esprit. Il cesse d’être un homme au moment ou il meurt, et son corps peut donc exprimer une douleur très humaine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s